Arnold_Böcklin_Pan_che_fischia_a_un_merlo
Εἲς Πᾶνα *

Célébrons Pan grâce à l’hymne homérique qui lui est dédié, et qui s’ouvre par la traditionnelle invocation à la Muse. Malgré ce qualificatif d’ « homérique », le poète de Chio n’en est pas l’auteur : ces hymnes en vers ont été dits « homériques » car ils sont, comme les épopées, composés en hexamètres dactyliques, et diffèrent en cela d’autres genres d’hymnes. Dieu protecteur de l’Arcadie, cette région centrale de la Grèce qui devint pour les artistes de la Renaissance un pays mythique et idyllique et où se situe le centre de son culte, Pan est un dieu de la nature, dieu aux « pieds de chèvres », tantôt chasseur agile collant aux basques d’une bête sauvage ou d’une nymphe, tantôt alangui dans l’herbe d’une prairie qu’embaument les fleurs du printemps….

« À Pan

Muse, célèbre le fils chéri de Mercure [Hermès], Pan aux pieds de chèvre, au front armé de deux cornes, aux sons retentissants, et qui, sous la fraîcheur du bocage, se mêle aux chœurs des Nymphes : celles-ci, franchissant les hautes montagnes, adressent leurs prières à Pan, dieu champêtre à la chevelure superbe mais négligée.

Il reçut en partage les monts couverts de neiges et les sentiers rocailleux ; il marche de tous côtés à travers les épaisses broussailles ; tantôt il gravit les roches escarpées, et de leurs cimes élancées il se plaît à contempler les troupeaux. Souvent il s’élance sur les montagnes couronnées de blanches vapeurs ; souvent, dans les vallons, il poursuit et immole les bêtes sauvages qui ne peuvent se dérober à ses regards perçants ; d’autres fois, lorsque la nuit approche, seul, revenant de la chasse, il soupire sur ses chalumeaux un air mélodieux. L’oiseau qui sous la feuillée du printemps fleuri, répète d’une voix plaintive sa douce chanson ne l’emporte point sur cette divinité.

Alors se réunissent avec lui à pas pressés, auprès d’une fontaine profonde, les Nymphes des montagnes, à la voix éclatante. Écho fait résonner le sommet des monts ; le dieu se mêle au hasard au chœur des danses, et sans les rompre les pénètre d’un pas léger ; ses épaules sont couvertes d’une peau de lynx, son âme est réjouie par les accents mélodieux. Elles dansent ainsi dans une molle prairie où l’herbe touffue est embaumée du safran et de l’odorante hyacinthe. Dans leurs hymnes les Nymphes célèbrent et les dieux fortunés et le vaste Olympe, mais elles chantent surtout le bienveillant Mercure, rapide messager des dieux.

C’est lui qui vint dans l’Arcadie, source d’abondantes fontaines et féconde en troupeaux : là s’élève le champ sacré de Cyllène (1) ; en ces lieux, lui, dieu puissant, garda les blanches brebis d’un simple mortel, car il avait conçu le plus vif désir de s’unir à une belle nymphe, fille de Dryops (2). Leur doux hymen enfin s’accomplit : cette jeune nymphe donna le jour au fils de Mercure, enfant étrange à voir, enfant aux pieds de chèvre, au front armé de deux cornes, aux sons retentissants, au sourire aimable. À cette vue la nourrice abandonne l’enfant et prend aussitôt la fuite ; ce regard horrible et cette barbe épaisse l’épouvantèrent : mais le bienveillant Mercure le recevant aussitôt le prend dans ses mains, et son âme en ressentit une grande joie. Il arrive ainsi au séjour des Immortels en cachant soigneusement son fils dans la peau velue d’un lièvre de montagne : se plaçant devant Jupiter et les autres divinités il leur montre le jeune enfant. Tous les Immortels se réjouissent à cette vue, surtout Bacchus. Ils le nommèrent Pan, car pour tous il fut un sujet de joie. (…) »

***************

(1) Le mont Cyllène est l’une des montagnes du Péloponnèse, en Corinthie. Son nom vient de la naïade Cyllène. C’est là que Maïa donna naissance à Hermès. Il avait à son sommet un temple dédié à Hermès

(2) Dryops, fils du dieu fleuve Spercheus et de Polydora, est le grand-père de Pan

Traduction : hymne XVIII, in L’Odyssée d’Homère, suivie du Combat des rats et des grenouilles, des Hymnes, des Épigrammes et des fragments, traduits par Madame Dacier, MM. Trianon et E. Falconnet, Charpentier, Paris, 1850

Image : Arnold Böcklin, Faun und Amsel (Faune et merle), 1866, Neue Pinakothek (Munich), CCO

* Traduction de la légende : « A Pan »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s